Actualités

16/04/2018Conférence de presse : Réformes du logement social, quel impact sur l'OPH 65 ?

Conférence de presse : Réformes du logement social, quel impact sur l'OPH 65 ?

« Bien que les compensations financières proposées par le gouvernement permettent d’alléger les coûts d’investissements, la loi de finances porte un coup très sévère à l’OPH (Office public de l’habitat) 65. Elle va se traduire par une baisse de la moitié de nos recettes en 2018 (une perte financière estimée à 2 M€) que nous réinvestissons dans la construction neuve et dans la réhabilitation, et des trois quarts en 2020 ».

Pas de plan social

Président de l’OPH 65, Jean Glavany pousse « un cri d’alarme » selon ses propres mots. « Mais c’est aussi un cri très volontariste car il est hors de question que nous prenions le moindre risque pour les contribuables et pour les locataires. Nous n’irons pas dans le mur et pour cela nous allons prendre des mesures de gestion rigoureuses sans porter atteinte à la qualité de service de l’OPH : nous allons construire moins, nous allons réhabiliter à un rythme plus étalé même si c’est dommageable pour tout le monde et nous allons serrer les cordons de la bourse avec l’obsession de ne pas pénaliser nos locataires, par exemple par le non-remplacement de certains départs à la retraite ». Mais Jean Glavany a promis qu’« il n’y aurait pas de plan social ».

Des rénovations annulées ?

En revanche, plusieurs opérations de rénovation urbaine pourraient être « compromises » comme celles de Bel Air et Solazur. En revanche, l’OPH tient beaucoup à réaliser celle de la cité Ophite (une opération d’environ 40 M€ pour 551 logements).

« Mais j’espère que l’État va nous aider car pour l’instant nous n’en avons pas les moyens de la même manière que la caserne de gendarmerie Charraz qu’on nous demande de reconstruire ailleurs. On sait faire, on veut faire mais nous n’en avons pas les moyens ».


Toutes les actualités

Notre Patrimoine

Offres en ligne